Kamakura

Cette ville côtière située dans la baie de Sagami, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tokyo, offre une ambiance balnéaire à la fois épicurienne et zen. Prisée des surfeurs, Kamakura l’est aussi par les adeptes du yoga. L’ancienne capitale du Japon déploie une soixantaine de monuments religieux entre plages et collines.

Histoire

Kamakura est une ville chargée d’histoire. Ancien centre politique au même titre que Kyoto et Nara, elle fut le berceau du premier gouvernement militaire japonais.

Vers la fin du XIIe siècle, le shogunat de Kamakura, dirigé par le général Minamoto no Yoritomo, prit le dessus sur la cour impériale de Kyoto. À partir de 1192, Kamakura fut la capitale du Japon. Après le décès de Yoritomo, le clan de samouraïs Hojo domina la région. L’influence chinoise s’établit à Kamakura suite au développement du commerce avec les dynasties Song et Yuan durant le XIIIe siècle, notamment dans le monde du bouddhisme et de l’architecture.

Cédant son statut de capitale à Tokyo au XIVe siècle, Kamakura redevint un simple village de pêcheurs. Au XVIIe siècle, la cité refit parler d’elle en prospérant comme une ville des temples, puis un lieu de villégiature prisé pour ses plages à partir du XIVe siècle. Kawabata Yasunari, prix Nobel de littérature en 1968, rédigea plusieurs de ses œuvres à Kamakura.

Le shogunat de Kamakura a certes pris fin en 1333, mais sa culture militaire, qui considère des éléments de la spiritualité samouraï et de la tradition aristocratique, ainsi que des influences des Song et Yuan, se perpétue dans la société japonaise actuelle.

Aujourd’hui

Son histoire et son héritage culturel font de Kamakura une destination de découverte du patrimoine japonais. La ville donne également lieu à une agréable excursion à l’écart de la frénésie de Tokyo, sereine et les pieds dans l’eau dans la baie de Sagami.

Un circuit à Kamakura passe inévitablement par le Daibutsu, un grand Bouddha en bronze culminant à 13 m de hauteur au sein du temple Kotoku-in. L’édifice datant de 1252 constitue le deuxième plus grand bouddha de l’archipel japonais, à admirer de l’extérieur ou de l’intérieur. Plus modeste, le temple Hokoku-ji perché sur les hauteurs de la cité possède un beau jardin de bambous visible depuis la maison de thé voisine. Autre trésor religieux de Kamakura, le temple Jomyo-In propose des séances de dégustation de thé Matcha dans sa paisible maison de thé bâtie il y a 400 ans de cela. Vous pourrez prolonger ce moment de détente dans son jardin de pierre.

Le bord de mer de Kamakura offre une multitude de loisirs nautiques. Les plages de Zaimokuza ou de Yuigahama sont les plus prisées pour la baignade. Les abords peu profonds permettent aux enfants de profiter des joies de l’eau en toute sécurité. En été, Yuigahama fait le bonheur des jeunes avec ses bars et lounges éphémères. Plus calme, Zaimokuza quant à elle attire plus les familles. Les plages sont surveillées durant la période estivale. Parasols et chaises longues sont disponibles en location. À Yuigahama, des magasins spécialisés fournissent des planches de surf et de stand up paddle, mais il existe des horaires pour pratiquer ces activités. Les plages d’Inamuragasaki et de Shichirigahama conviennent mieux aux surfeurs. Les grosses vagues y sont au rendez-vous tout au long de l’année. Aimée des sportifs, Inamuragasaki séduit également les amoureux de panoramas, avec sa vue sur l’île d’Enoshima et sur le mont Fuji par temps clair.

La mer occupant une place importante dans la culture japonaise, plusieurs festivals et rites religieux se déroulent sur les plages en hommage au dieu des océans. Autour du 1er juillet, au commencement de l’été, Kamakura célèbre par exemple la cérémonie Umi-biraki ou « l’ouverture de la mer ». À cette occasion, un autel est installé sur une des plages. Les prêtres shintos, suivis des flûtistes et des habitants, se réunissent sur place afin d’honorer la divinité shintoïste de la mer Kami et demander sa protection. Pendant ce temps, la miko, jeune fille travaillant comme assistante dans les sanctuaires, exécute la danse sacrée Kagura.

Si vous voulez ramener un souvenir de votrevoyage à Kamakura, optez pour les cookies Hatosabure, des biscuits en forme de pigeon, mis en vente près de la station. Ne ratez pas non plus les gâteaux à l’effigie de Bouddha disponibles dans les stands à proximité du temple Kotoku-in. La farce faite de pâte de haricot rouge surprendra certainement les papilles de vos proches !

Climat

Kamakura bénéficie d’un climat tempéré, avec une température moyenne de 16 ° C. Elle peut s’enorgueillir de ses panoramas beaux et diversifiés tout au long de l’année, en particulier des vues sur l’océan Pacifique. En juin, les hortensias fleurissent en abondance dans les collines, composant une magnifique toile avec la mer, la ville et le mont Fuji en arrière-plan.

Comment s’y rendre

Kamakura est accessible en une heure de train au départ de Tokyo. Des compagnies ferroviaires proposent des tickets et pass pour circuler à bas prix entre les deux villes. Grâce à un JR Pass, vous pouvez voyager facilement vers Kamakura sur les lignes JR.

La localité est desservie par trois gares principales (Kamakura, Ofuna et Kita-Kamakura), qui accueillent plusieurs services ferroviaires en partance la capitale :

- La ligne JR Yokosuka effectue le voyage en une heure environ depuis la gare de Tokyo.

- Depuis les gares d’Ikebukuro, de Shibuya ou de Shinjuku, la ligne JR Shonan-Shinjuku boucle le trajet en 60 min.

Comment se déplacer

Certaines des attractions Kamakura sont accessibles à pied, d’autres nécessitent un moyen de transport. Des bus circulent à travers la ville et sa périphérie à partir de la gare. Vous pouvez également louer un vélo à différents endroits.

Bonjour

Je suis Julien de "Au fil du Japon". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+81 (0)3 4296 6857

Bonjour

Je suis Julien de "Au fil du Japon". Laissez votre message ici.
Appelez-nous au
+81 (0)3 4296 6857