Mochi

Mochi

Le mochi 餅, ce gâteau de pâte de riz, est un composant essentiel des réjouissances du Nouvel An japonais.

Le mochi est un aliment pour le moins bizarre: une sorte de gâteau, fait de pâte de riz, assez dense. Il n’est pas vraiment facile à manger: ça se mastique éternellement, si vous voyez ce que je veux dire. Frais, le mochi est un peu mou, et élastique, mais si on le laisse reposer à l’air, il durcit et sèche.

Si le mochi se trouvent aujourd’hui dans toutes les grandes surfaces japonaises et à toute période de l’année, celui-ci reste cependant une nourriture typique du Nouvel An. Alors que ceux que l’on trouve dans les grands magasins sont le plus souvent de petits blocs rectangulaires, le mochi du Nouvel An est rond (comme une sphère applatie) et s’appelle pour cette raison kagami-mochi (鏡餅, littéralement “mochi-miroir” car sa forme rappelle celle d’un miroir).

Mochi Tsuki

Le mochi est fait à base de riz “trop cuit” (le mochi-gomé 餅米), qui est battu vigoureusement jusqu’à ce qu’il forme une pâte épaisse. Ce processus de fabrication est appelé mochi-tsuki (餅搗き) et se pratique traditionnellement au moyen d’un gros maillet servant utilisé pour battre le riz dans un récipient creusé dans un tronc d’arbre (voir photo ci-contre). Les “fêtes de fabrication de mochi” (mochi-tsuki taikai 餅つき大会) sont encore courante de nos jours, organisées dans les écoles, les clubs ou par certaines compagnies.

  Mochi  

Après avoir versé le riz trop cuit (à la vapeur habituellement) dans le tronc, des hommes se relayent pour battre la pâte. Pendant que l’un frappe avec le maillet, un assistant profite des contretemps (ou le maillet est en l’air), pour retourner la pâte de riz (brûlante). Vous imaginez bien que cela demande une synchronisation parfaite (pour éviter que la main de l’assistant se retrouve écrasée), c’est pourquoi tout cela se passe souvent sous les encouragements de l’assemblée qui donne le rythme.

Et voici à quoi ressemble le mochi après que le riz ait été battu.

    Mochi   

Reste ensuite à diviser la pâte et à en faire des boules que l’on applatira pour leur donner leur forme traditionnelle. Mais si c’est pour déguster tout de suite, on peut tout aussi bien en faire des boulettes de la taille d’une bouchée.

À table!

Il existe une multitude de façons de déguster le mochi, il y en a vraiment pour tous les goûts:

  • Par exemple, on peut le tremper dans la pâte de haricots rouges, pour en faire du shiruko (汁粉).
  • On peut aussi le tremper dans une sorte de poudre légèrement sucrée, appelée kinako 黄粉 (littéralement: “poudre jaune”), faite à base de graines de soja frites et pelées ensuite. Soit dit en passant: c’est ma recette de mochi préférée !
  • Grillé, puis emballé dans une feuille de nori (algue), et assaisonné à la sauce soja.
  • Sans oublier, le o-zoni (お雑煮), recette spéciale du Nouvel An, où le mochi est servi dans une sorte de soupe aux légumes.
NOS CIRCUITS
Lie a ce conseil de voyage
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$

Bonjour

Je suis Charles de "Au fil du Japon". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.