Comment les japonais fêtent-ils le réveillon

Comment les japonais fêtent-ils le réveillon

10 juin 2019

La veille de l’An Nouveau (大晦日 oomisoka), la plupart des Japonais passent le réveillon en famille.

Alors qu’en Europe ou aux Etats-Unis on passe plutot Noël en famille et le réveillon à faire la fête entre amis, au Japon, c’est l’inverse: Noël ne représente pas grand chose au Japon (souvent, on va s’éclater avec ses amis, ou on passe Noël avec son copain ou sa copine), mais le Nouvel An (お正月 o-shôgatsu), c’est une fête importante.

Les Japonais se livrent le soir du réveillon à des coutumes bien établies, c’est presqu’un rituel. D’abord, on regarde le “Kohaku Uta Gassen” 紅白歌合戦 à la télévision, qui est un grand concours de chants pour célébrer le passage d’année. “Kohaku” 紅白 signifie “rouge et blanc”, car ce sont les couleurs qui au Japon symbolisent un événement heureux. On utilise ces couleurs pour célébrer le Nouvel An, mais aussi par exemple, lors d’un mariage etc. (Par contraste au “noir et blanc” qui signifient le deuil).

Le “Kohaku Uta Gassen”, ce grand concours de chants, oppose deux équipes: les femmes (en rouge) d’un côté et les hommes (en blanc) de l’autre. Traditionnellement, un jury est chargé de désigner celui ou celle qui a le mieux chanté, mais aujourd’hui, le public peut également voter depuis son poste de télévision. Ceci dit, le fait que l’une ou l’autre équipe gagne n’a pas tellement d’importance, ce qui compte, c’est de divertir. Le programme du Kohaku Gassen est souvent “mixe”: de la musique japonaise moderne (communément appelée “J-pop”), et des chants traditionnels japonais (演歌 enka). Les hommes et les femmes s’alternent, et en général, on entendra plus de J-pop au début (quand les enfants sont encore levés) et plus de chants traditionnels à la fin (quand les enfants en ont marre ou tombent de sommeil, pour contenter les grands parents).

Le Kohaku Gassen se termine a 23:45, (c’est souvent quand le célèbre chanteur Kitajima Saburô北島三郎 fait son entrée que l’on sent approcher la fin du coucours… et de l’année!). Puis, on sonne 108 coups de cloche pour le passage d’année (vu le nombre de coups à donner, on a bien besoin d’un quart d’heure pour arriver au bout!), le dernier coup de cloche marquant l’An Nouveau.

C’est ici que vous pourrez utiliser à bon escient la formule “Akemashite omedetou gozaimasu, kotoshi mo yoroshiku onegai shimasu明けましておめでとうございます,今年もよろしくお願いします.

Enfin, voici le temps venu de manger le “toshi-koshi soba” 年越しそば, c’est-à-dire le “soba du passage d’année”. La longueur du soba symbolise la longue vie, que l’on se souhaite pour commencer l’An Nouveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Charles de "Au fil du Japon". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H