Hagi

Hagi, ville-château florissante de l’époque Edo, est une étape vivement conseillée sur la côte nord de la préfecture de Yamaguchi. Épargnés par la guerre, les catastrophes naturelles et les grandes campagnes d’industrialisation, la ville et ses monuments ont survécu intacts, hormis le château démantelé à la fin de l’époque féodale.

Histoire

Le château de Hagi, autour duquel la ville s’est développée, est l’œuvre du puissant samouraï et daimyo Terumoto Mori, chef du clan Mori. Établi en 1604, il marqua l’essor de la cité au rang de capitale de la préfecture de Choshu. Hagi conserva ce titre jusqu’à la fin de l’ère féodale japonaise en 1868, lors de la restauration Meiji. Le château fut démantelé quelques années plus tard, en 1874. Les réformes de l’époque Meiji permirent à Hagi de renforcer son importance politique, sans se métamorphoser pour autant. La ville-château et ses sites industriels subsistèrent dans leur état d’origine, à l’écart des projets de développement massifs qui se répandirent dans tout le Japon au cours des 150 années suivantes. En outre, plusieurs grandes personnalités à la base du Japon moderne ont vécu à Hagi, notamment l’intellectuel Shoin Yoshida, le samouraï réformateur Shinsaku Takasugi et Hirobumi Ito qui a été élu Premier ministre à quatre reprises.

En 2015, Hagi a été désignée « Site de la Révolution industrielle Meiji » et cinq attractions locales ont été inscrites au Patrimoine mondial.

Découvrir Hagi

Hagi expose fièrement son histoire et se targue d’avoir conservé sa disposition de ville fortifiée de la période Edo. Et même s’il ne reste que les douves et quelques murs dérapés de son ancien château, les vestiges visibles dans le parc Shizuki, à la base du mont Shizuki, suffisent pour imaginer sa gloire passée. A pied ou à vélo, Hagi est un lieu de promenade agréable. Parcourez les rues à l’ambiance médiévale, en passant par la résidence de la famille Kikuya, le musée Hagi, l’école de Shoin Yoshida, l’ancienne voie navigable…

Explorez des quartiers classés « sites historiques du Japon »

À l’Est des douves, le quartier de Horiuchi était le siège des samouraïs de rang supérieur, tandis que les riches marchands, les intellectuels et les fantassins occupaient les faubourgs du château de Hagi. Des murets de terre bordent les chemins et protègent d’anciennes demeures de samourais. Certaines sont ouvertes à la visite. Les résidences de commerçants se démarquent par leurs murs de terre revêtus de plâtre ou de mortier pour une meilleure résistance au feu. Certaines façades comportent des joints saillants pour prévenir des dégâts de l’eau. Celles-ci sont appelées namako kabe ou « mur concombre de mer ».

Hagi et son héritage artisanal

Hagi est depuis longtemps connue pour ses céramiques « hagi-yaki ». Introduite par des artisans coréens capturés par les troupes de Toyotomi Hideyoshi en 1692, cette technique se distingue par une glaçure fine et translucide, de couleur blanche ou rose-orangée, avec une craquelure minutieuse. La zone autour du parc Shizuki abrite de nombreux ateliers et boutiques de poterie pour découvrir ces objets authentiques. Vous trouverez également une bonne documentation à propos de cet artisanat au musée d’histoire locale Hagi-yaki Shiryokan.

Le musée Ishii quant à lui conserve une collection inédite de vieux chawans (bols à thé), en plus des céramiques hagi-yaki. Ne manquez pas non plus le musée d’art Uragami qui détient plus de 4 500 ukiyo-e, dont les fameuses « Cent vues du Mont Fuji » de Hokusai. Autre haut lieu de découverte, le musée d’art Kumaya occupe les entrepôts du domaine de la famille Kumaya. Vous y trouverez toute une série d’objets ayant appartenu aux riches marchands, allant des peintures à l’encre aux ustensiles divers pour les cérémonies du thé.

Dans les environs de Hagi

Partez pour une croisière touristique le long de la voie navigable Aiba, en longeant les bâtiments historiques de Hagi. A l'est, sur les berges de la rivière Matsumoto, visitez le temple bouddhique zen Tokoji, fondé en 1691, dont les splendides portes et bâtiments en bois ont été titrés Biens Culturels Importants du Japon. Découvrez aussi le four de fusion de 150 ans qui servait à la fabrication des canons et la demeure du savant Yamada Shoin. En vous dirigeant vers le Nord, vous tomberez sur les vestiges du chantier naval Ebisugihana, l’étang de Myojinet, une forêt de camélias et un petit volcan.

Quand visiter Hagi ?

Hagi hérite d’un climat subtropical humide caractérisé par des étés chauds et pluvieux couplés à des hivers frais. La pluviométrie dans la région est assez importante comparée aux autres villes d’Asie continentale situées dans les mêmes latitudes.

Comment s’y rendre ?

En partant de la gare de Tokyo, comptez 4h40 de trajet avec le Nozomi Shinkansen, via les lignes Sanyo ou Tokaido, pour arriver à Hagi. Si vous préférez voyager en avion, l’aéroport de Hagi-Iwami reçoit quotidiennement des vols en provenance de Haneda à Tokyo et Itami à Osaka. La gare routière de la ville exploite des bus en correspondance avec Hiroshima, Umeda, Osaka et Tokyo.

Comment se déplacer ?

Adonnez-vous à une vieille tradition en suivant à pied le chemin de Hagi-Okan, la voie qu’empruntaient les samouraïs et les marchands de l’époque Edo pour relier Hagi et Yamaguchi. C’est un circuit très prisé des passionnés d’histoire. Vous pouvez également vous déplacer à vélo. Vous trouverez des services de location à la gare JR Higashi-Hagi et au centre d’accueil du château de Hagi.

Que faire à Hagi ?

  • Découvrir les ruines du château de Hagi dans le parc Shizuki
  • Visiter les résidences de samouraïs du quartier de Horiuchi
  • Admirer la collection de céramiques hagi-yaki et de bols chawans du musée Ishii
  • Profiter d’une balade en bateau le long de la voie Aiba
  • Se ressourcer au temple bouddhique zen Tokoji, etc.
5 photos
Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Charles de "Au fil du Japon". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Prix d'un appel local
04 48 54 00 45